Emploi des seniors : la recette nordique

Rendre obligatoire le retour des seniors sur les bancs de l'école pour maintenir leur compétitivité sur le marché du travail. Cette proposition iconoclaste et très débattue à l'heure actuelle pourrait devenir réalité dans plusieurs pays scandinaves.

« Pour préparer l'avenir, il nous faut sortir des sentiers battus ». C'est ainsi que Poul Nielson, rapporteur du Conseil nordique (Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Suède, îles Féroé, Groenland et îles Äland) présentait la proposition n°7 d'un rapport (*) remis aux ministres du Travail des cinq pays en juillet dernier. Une remarque fort à propos tant la proposition décoiffe et fait débat dans chacun de ces pays. 

Une formation obligatoire des seniors

C'est le terme « obligatoire » contenu dans la proposition qui a semé le trouble car les auteurs du rapport préconisent de rendre obligatoire la formation continue pour tous et de l'inscrire comme un principe de base de la carrière professionnelle car « le report croissant de l'âge de la retraite rend nécessaire pour les personnes de 60-65 ans qui ont encore 5 à 10 ans de vie professionnelle devant elles de sérieusement renouveler leurs qualifications », observait le politicien danois âgé de 75 ans. Si la question de la formation tout au long de la vie n'est pas nouvelle et déjà bien intégrée dans les sociétés scandinaves, la création d'un droit opposable à la formation continue conduirait mécaniquement à étendre le principe de la scolarité obligatoire aux seniors. Un choix que Poul Nielsen n'a aucun mal à justifier : « la combinaison de progrès technologiques rapides et de l'allongement des carrières professionnelles exige de penser de nouvelles formes d'éducation ».

Une réponse à la question du vieillissement de la population

Le rapport remis au Conseil nordique et sa proposition n°7 semblent répondre à une problématique mise à l'agenda européen depuis plusieurs années : celle du vieillissement de la population. Elle a fait l'objet d'un rapport alarmant de l'Union européenne publié en 2012. Selon ce document (cf p. 20), le nombre de personnes âgées de 80 ans et plus devrait plus que tripler en passant de 23,7 millions en 2010 à 62,4 millions en 2060 au sein de l'UE. D'où l'urgence de répondre à ce défi en transformant cette difficulté en un atout. « Nous devons tenter quelque chose qui démontre la capacité d'innovation de nos sociétés et mette les pays scandinaves en position de force dans la compétition internationale », souligne Poul Nielsen. Selon lui, les membres du Conseil nordique qui ont créé en 1954 un marché du travail commun « doivent être à l'avant-garde pour affronter les défis du futur ».

Travailler plus… intelligemment

« Le défi n'est pas de travailler plus mais de travailler plus intelligemment », peut-on ainsi lire dans son rapport. Fiers de leur « modèle social » qui allie culture du compromis et haut niveau de protection sociale, les pays scandinaves ont, selon Poul Nielsen, une carte à jouer dans ce contexte. « Lorsqu'on vante le modèle nordique partout dans le monde, ce n'est pas uniquement pour ses conditions sur le marché du travail mais le système de société dans son ensemble », explique le rapporteur. C'est pourquoi, avertit-il, « la société et les partenaires sociaux devront faire preuve de responsabilité et de solidarité envers ceux qui ne seront pas en mesure de passer ce cap » car, explique-t-il, il est illusoire de penser que « chacun peut faire quelque chose, peut apprendre, doit avoir un travail ». A bon entendeur.

Nadia Salem

(*) Working life in the northern region, challenges and proposals, Pour Nielsen (www.norden.org / nordpub)