Les demandeurs d’emplois cachent souvent des créateurs d’emplois

La direction des statistiques de Pôle emploi a tiré le portrait des demandeurs d’emploi qui créent leur emploi : ce sont majoritairement des hommes, trentenaires ou quadra, avec une qualification un peu élevée.

Le demandeur d’emploi qui veut s’installer à son compte, celui qui crée son propre emploi est en général un homme (66% d’entre eux), d’âge médian (entre 30 et 49 ans pour 57%) et d’un niveau de formation assez élevé (46 % de BAC + 2 ou BAC + 3 parmi eux, soit près de deux fois plus que dans la population générale des demandeurs d’emploi). Cette surreprésentation masculine et diplômée est l’une des conclusions les plus importantes de l’enquête que Pôle emploi a réalisé en décembre 2015 auprès de 3 500 des 20 000 demandeurs d’emploi inscrits lors du 4e trimestre 2014 et qui souhaitaient créer leur propre emploi. Que ce soit en indépendant ou en entreprise.

Que créent-ils ? Très largement des auto-entreprises (44%).

Embauchent-ils ? Assez peu au final, les deux tiers ne faisant travailler que le créateur d’entreprise. Une sur dix seulement emploie plus d’un salarié.

Dans quel secteur créent-ils ? 70% sont dans le commerce, la construction/hébergement ou la restauration.

Quels métiers exercent-ils ? Là aussi, malgré le fait que 160 métiers aient été recensés, l’enquête montre que 40% des créations se font essentiellement autour de 7 métiers, les plus fréquents étant patrons d’hôtel ou de restaurant, ou encore vendeurs dans l’habillement et les accessoires.

Travaillent-ils beaucoup ? C’est le cas bien évidemment dans la restauration et le commerce où ils dépassent les 40 heures et jusqu’à 100 heures dans quelques cas exceptionnels, avec des pics à 60 et à 70 heures. En fait, ceux qui créent leur propre emploi travaillent beaucoup plus que s’ils avaient retrouvé un emploi salarié. Il semblerait également que ceux qui travaillent le moins, pas plus de 10 heures par semaine, sont en général dans des secteurs comme la santé ou l’action sociale et qu’ils n’y trouvent pas assez de clients.

En vivent-ils ? Là, la réponse est moins évidente. Dans la moitié des cas, les revenus déclarés sont inférieurs à 500 € et 80% des créateurs dans cette zone de revenus maintiennent leur inscription à Pôle emploi et cumulent avec les allocations chômage. 

Les entreprises sont-elles pérennes ? Celles créées en 2014 étaient en tout cas 75% toujours en activité en décembre 2015 au moment de l’enquête.

Aiment-ils ce qu’ils font ? Malgré les difficultés, la réponse est généralement positive, les trois quarts des sondés déclarant qu’ils n’auraient pas souhaité exercer leur activité comme salarié. Une donnée logique car 88 % des créateurs se sont lancés pour être autonomes, 49% avouant même une aversion au salariat. D’ailleurs, quelles que soient les difficultés qu’ils rencontrent, ils sont en général optimistes sur l’avenir de leur structure et estiment que leur activité va aller en augmentant.

Antoine Clause

 

> Quand les demandeurs d’emploi créent leur propre emploi. Nicolas de Visme et Nicolas Prokovas. Direction des statistiques, des études et de l’évaluation. Eclairages et synthèses juillet 2016 n°24

Restons Connectés

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?