Les discriminations sont un frein majeur à la croissance

C’est une première en France : le chiffrage du gain de croissance qu’amèneraient les suppressions des discriminations dans l’emploi. 150 milliards d’euros de PIB en plus pour l’hypothèse la plus réaliste, soit un énorme coup de fouet à la croissance économique selon France Stratégie.

L’injustice sociale a un coût. Elle est surtout pénalisante pour la croissance, pénalisante pour l’emploi. Beaucoup d’économistes travaillent la question et France Stratégie vient de rendre un rapport sur le coût économique des discriminations particulièrement éclairant : « Ce n’est pas parce que les discriminations sur le marché du travail sont économiquement coûteuses qu’il faut les combattre. » C’est parce qu’elles contreviennent au principe d’égalité et causent de la souffrance, explique Jean Pisani Ferry. Mais «il se trouve cependant que les discriminations sont économiquement pénalisantes et donc que leur élimination induirait, à terme, un gain substantiel en croissance et en revenu. » Et France Stratégie est allé jusqu’à chiffrer les gains de croissance qu’une lutte sérieuse contre les discriminations entraineraient : 6.9% de hausse du PIB si la France avait en 2015 supprimé toute discrimination dans l’accès aux postes qualifiés. Cela représente 150 milliards d’euros de PIB supplémentaire, 2% de hausse des recettes publiques et 0.5% de hausse des dépenses publiques. Un très sérieux coup de fouet pour une économie à encéphalogramme presque plat.

Réduire les discriminations à l’encontre des femmes accroît le PIB

France Stratégie a étudié plusieurs scénarios (dont certains se traduisent par une augmentation de plus de 14% du PIB) mais dans tous, c'est la réduction des discriminations dont font l'objet les femmes qui contribue le plus à la hausse du PIB. Par exemple, pour 100 euros de PIB supplémentaires, la contribution des femmes varie de 83 euros à 99 euros selon les scénarios considérés. Ce travail est une première en France. Il a déjà été un peu effectué dans d’autres pays. Des travaux américains avaient déjà montré que l’enjeu économique de la question était considérable : l’amélioration de l’accès des femmes et des noirs aux postes essentiellement occupés par des hommes blancs serait à l’origine de 15 % à 20 % de la croissance des États-Unis depuis les années soixante. Et d’autres travaux américains ont déjà montré que l’élargissement du recrutement aux femmes a un effet positif sur la qualité moyenne du chef d’entreprise et que, plus généralement, à l’échelle d’une entreprise, il existe un gain à recruter des individus discriminés. France Stratégie a repris les modèles utilisés outre atlantique et montrent que «  l’entreprise qui recrute à parité a un gain de 7 % par rapport à l’entreprise qui ne recrute que des hommes. »

Des effets économiques de grande ampleur

Les résultats du rapport sont d’autant plus étonnants que les travaux ont été menés dans un cadre très strict à partir de 4 des 21 motifs de discrimination sanctionnés par la loi française (le sexe, l’origine géographique des parents, le lieu de résidence et le handicap) et qu’il a été testé sur des hypothèses politiques raisonnables de réduction des discriminations. France Stratégie n’a pas travaillé sur un « Grand Soir » de la suppression des discriminations mais sur des mesures « partielles, quoique significatives ». Les résultats frappent donc par l’ampleur des effets économiques auxquels ils aboutissent. A l’étude de France Stratégie s’ajoute l’enquête sur les discriminations lancée par le Défenseur des droits qui va dans le même sens et en pointe les effets dévastateurs. France Stratégie assume totalement ses estimations, « avec prudence mais sans pusillanimité ». L’idée était de montrer qu’il n’y avait aucune contradiction entre équité et réformes économiques et qu’il fallait arrêter d’opposer justice sociale et efficacité. Ou, dit autrement dans Le Monde par Jean Pisani Ferry, « quand un pays recrute son élite dans seulement une fraction de sa population, c'est forcément coûteux, car il se prive de talents ». Bref, embarquons tout le monde à bord pour relancer la croissance !

JPG

> Le coût économique des discriminations. Rapport France Stratégie. Septembre 2016. Gilles Bon-Maury, Catherine Bruneau Clément Dherbécourt, Adama Diallo Jean Flamand, Christel Gilles, Alain Trannoy

> Signature du protocole national entre Pôle emploi et Mozaïk RH

> Comment Pôle emploi lutte contre les discriminations à l'embauche ?

Restons Connectés

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?