Revue de presse du recrutement numérique N° 24

Cette semaine, dans la revue de presse du recrutement numérique, nous verrons qu’on peut toujours compter sur ses amis pour trouver un emploi. Et pour compléter, les cartes interactives, les recherches par compétences ou les sites de contenus sur les tendances de l’emploi peuvent s’avérer bien utiles aussi.

Pour les Digital natives aussi, la recherche passe par les amis et les connaissances. C’est l’une des conclusions de l’étude menée par la chaire Suez Audencia SciencesCom. Les répondants disent que « s’ils n’hésitent pas à utiliser les réseaux sociaux professionnels pour trouver des informations sur une entreprise, ils préfèrent solliciter leur réseau personnel pour la prise de contact ». Ils se servent donc essentiellement de LinkedIn comme d’une vitrine et relèguent Facebook ou Twitter à un usage personnel. Les digital natives sont méfiants et préfèrent donner leur confiance à une personne ayant réellement travaillé dans l’entreprise. Seule une minorité s’accorde pour dire que les discours d’entreprises font rêver et leur donnent envie d’approfondir leurs recherches. Bien qu’ils soient présents sur les réseaux sociaux, les digital natives restent donc attachés aux modes de recrutement traditionnels.

À Lyon une carte interactive pour les formations et emplois numériques. La French Tech de Lyon, en partenariat avec les acteurs de son réseau, 19 universités, l’EM Lyon et des acteurs privés, a mis en place une cartographie open source des formations du numérique. Elle vise à faciliter la mise en relation des acteurs et donner une meilleure visibilité sur les formations initiales dans le domaine du numérique. Des filtres permettent d’affiner une recherche de formation, selon le diplôme (bac +1, bac +2, bachelor, master, MBA, formation courte, formation longue, formation ingénieur), le statut (public ou privé) et le domaine d’étude. La carte ne s’adresse pas uniquement aux futurs étudiants mais peut aussi servir aux décideurs politiques et économiques en leur livrant des statistiques qui permettent de mieux cerner les besoins des entreprises en termes de recrutement.

Une entreprise peut-elle devenir Social first ? En d’autres termes, à quelles conditions utilise-t-elle en priorité les réseaux sociaux comme levier stratégique ? De la fidélisation des clientèles au service après-vente en passant bien évidemment par la détection des « meilleurs talents, sachant que les annonces sur LinkedIn ne suffisent pas », Pierre Philippe Cormeraie, chief digital analyst du Groupe BPCE, passe toutes les utilisations en revue.

Jobijoba pré-qualifie les candidatures. « Pour une même fonction, d’une entreprise à l’autre, les intitulés de postes varient considérablement, représentant pour les candidats un casse-tête avec le risque que l’entreprise reçoive des CV peu exploitables », estime Thomas Allaire, PDG fondateur de Jobijoba. Il a donc développé CV Catcher. Sur le site carrières, le candidat remplit une liste de compétences et de savoir-faire extraits par l’algorithme. Une fois le profil enrichi, le logiciel flèche le CV vers les offres correspondantes en classant celles-ci par degré de pertinence.

Welcome to the jungle veut devenir un media de l’emploi. Fondée pour le recrutement des entreprises de la tech, puis du luxe et de la finance, la start-up avait comme philosophie « l'emploi, c'est la jungle » et comme but de donner les bonnes armes aux candidats. Plus de 80 % de ses utilisateurs étant bac +5 ou plus, le site veut désormais devenir un vrai média sur l'emploi, en proposant aussi du contenu global sur le recrutement et les métiers. Il a notamment lancé ce mois-ci de nouveaux formats vidéo avec une nouvelle identité.