Pourquoi les Anglais ne sont pas mobiles et les Belges si

Indeed a étudié les recherches d’emploi entre pays européens. La Grande Bretagne et la France sont les pays les plus attractifs. Mais les Anglais restent chez eux, pas les Français.

Au  bout du bout, ce sont les Anglais les moins mobiles. Ou tout au moins ceux qui, parmi toutes les nations européennes vont le moins chercher du travail à l’extérieur de leurs frontières. Mais ils ont une bonne raison, semble-t-il : la Grande Bretagne est, pour les chercheurs d’emplois à l’étranger, le pays le plus attractif. Juste devant la France. C’est l’une des conclusions de l’étude réalisée par le moteur de recherche Indeed (1) dans 15 pays de l’Union européenne. Tout est logique puisque les européens  les plus mobiles sont, juste devant les Belges, les Luxembourgeois et que dans le même temps, leur pays est jugé  le moins attractif en Europe. Pourquoi partent-ils ? Quelques soit leur nationalité, ceux qui s’expatrient dans un autre pays européen le font d’abord pour acquérir une nouvelle expérience professionnelle. Mais en Europe.

Indeed au cours de l’année 2015 a en effet analysé les recherches d’emploi de ses bases de données et s’est aperçu que les européens qui cherchaient du travail à l’étranger, le faisaient presqu’exclusivement en Europe : 95% d’entre eux. Seuls 4% partent finalement aux Etats Unis et parmi eux essentiellement des Danois, des Grecs, des Luxembourgeois ou des Irlandais (et bien sur des Anglais). En fait chaque pays a ses tropismes : les Allemands par exemple bougent peu mais quand ils le font c’est d’abord pour aller dans un pays hors de l’Union européenne, la Suisse. Idem pour les Suédois qui eux vont s’installer en Norvège. Mais les plus étonnants sont quand même les Belges et les Luxembourgeois qui sont de loin les plus mobiles alors que ceux dont le marché du travail est très détérioré les Grecs, Espagnols ou Portugais sont, proportionnellement beaucoup moins mobiles

La Grande Bretagne est de loin le pays le plus attractif : elle l’est trois plus que le deuxième et le troisième, la France et l’Allemagne. La France a quand même la particularité, malgré sa deuxième position de pays le plus convoité d’avoir un nombre plus important d’actifs qui cherchent à quitter le pays qu’à venir y travailler. L’inverse exact de la Grande Bretagne ou les mesures plus ou moins restrictives adoptées par le gouvernement britannique ne semblent pas changer grand-chose puisque le nombre d’Européens venus travailler dans le pays en encore augmenté de 19% en 2015 : l’immigration européenne ne cesse de croitre, alors que l’immigration non européenne est en baisse. En fait les employeurs anglais se retrouvent, selon Indeed, avec le plus important choix possible de talents de toutes nationalités. Le Top 20 est dominé par l’immigration américaine, les Indiens sont en second, les Irlandais en troisième, les Français en quatrième et les Australiens en cinquième. Pour quels types de travail ? Indeed a analysé les demandes des demandeurs de ces nations. En premier ce sont des recherches  avec les mots « aide médicale », « nurse » ou « National Health Service », ensuite des occurrences comme « marketing », « chef de projet », « ingénieur software », puis, enfin « assistant commercial » ou « chauffeur ».

JPG

(1) Indeed a réalisé cette enquête à partir de ses propres données agrégées et  anonymisées entre janvier et septembre 2015. Indeed est probablement le premier moteur de recherche d’emploi au monde puisqu’il annonce 180 millions de personnes dans 60 pays effectuant une recherche d’emploi, publiant leur CV et recherchant une entreprise via Indeed chaque mois.

 

Restons Connectés

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?