Handicap : l'emploi attendra ... encore

Avec un taux de chômage deux fois supérieur à celui des personnes valides, l’emploi des travailleurs handicapés reste à la traîne malgré une obligation d’emploi instaurée en 2005.

C’est un bilan en demi-teinte que le ministère du Travail vient de dresser dans sa dernière étude sur l’emploi des travailleurs handicapés. Et si l’emploi direct des personnes handicapées affiche une légère hausse en 2014, il reste encore du chemin à faire avant que les barrières ne tombent complètement.

En effet, les entreprises peinent encore à intégrer ces salariés particuliers et beaucoup (9 %) préfèrent s’acquitter du paiement d’une contribution financière plutôt que d’embaucher des personnes en situation de handicap. Ils étaient d’ailleurs 2 % en 2014 à verser une sur-contribution pour n’avoir engagé aucune action positive en faveur de l’emploi de travailleurs handicapés depuis quatre ans. Ainsi, en 2014, 400 400 personnes handicapées étaient employées dans les 101 000 établissements assujettis à l’obligation d’emploi de travailleurs handicapés (OETH), soit un taux d’emploi de 3,3 %.

Pour atteindre l’objectif de 6 % de travailleurs handicapés fixé par la loi, les entreprises privées et les établissements publics et commerciaux (EPIC) ont trois possibilités : employer directement des travailleurs handicapés, ou indirectement par le biais de contrats de sous-traitance ou encore par l’accueil de stagiaires. Ils ont également la possibilité de signer un accord relatif à l’emploi de travailleurs handicapés et/ou payer une contribution financière à l’Agefiph.

 

L’emploi direct augmente avec la taille de l’établissement

« Plus l’effectif salarié est important, plus le recours à l’emploi direct augmente », constate la Dares dans l’une des études publiée la semaine dernière : de 69 % dans les établissements de 20 à 49 salariés à presque 100 % dans les établissements de 500 salariés ou plus. La proportion de travailleurs handicapés en équivalent temps plein est la plus faible dans les établissements de moins de 50 salariés (3,0 %) et la plus élevée dans les établissements de 200 à 499 salariés (3,6 %).

Seuls 26 % des établissements assujettis atteignent le seuil légal par l’emploi direct de travailleurs handicapés. Cette proportion varie selon le secteur d’activité, de 87 % pour le secteur de l’administration publique, l’enseignement, la santé et l’action sociale à 58 % pour le secteur de l’information et de la communication. En 2014, 38 000 nouveaux bénéficiaires ont été embauchés dans les établissements assujettis (contre 36 300 en 2013), le plus souvent en CDD (40 %) contre 29 % en CDI, et ce quelle que soit la taille de l’établissement.

Par ailleurs, près d’un quart des établissements ont recours à l’emploi indirect mais seulement 11 % atteignent le seuil d’emploi légal en combinant emploi direct et indirect. Le recours à la sous-traitance est majoritairement le fait du secteur industriel, avec 57 % des établissements concernés.

 

Un établissement sur 10 couvert par un accord

En 2013, près de 11 000 établissements assujettis à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés sont couverts par un accord agréé, soit 11 % de l’ensemble des établissements assujettis, représentant 21 % de l’emploi salarié. Quel que soit le secteur d’activité, le taux d’emploi global de travailleurs handicapés est plus élevé dans les établissements sous accord : 24 % de l’emploi direct et 29 % de l’emploi indirect de travailleurs handicapés (via la sous-traitance) relèvent d’établissements couverts par un accord. Ainsi, dans les établissements couverts par un accord, le taux d’emploi direct est sensiblement plus élevé que pour l’ensemble des établissements assujettis, à 3,7 % en équivalent temps plein

En 2014, les travailleurs handicapés présentent une ancienneté un peu plus élevée au sein de l’établissement qui les emploie : 54 % d’entre eux ont plus de 10 ans d’ancienneté contre 48 % pour l’ensemble des salariés du secteur privé en 2014. Ils sont également plus nombreux à exercer leur activité à temps partiel, chez les femmes (43 % contre 26 %) comme chez les hommes (15 % contre 5 %).

NS

Comment réconcilier emploi et handicap ?

Restons Connectés

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?