Revue de presse du recrutement numérique. N°1

Toutes les deux semaines, faisons le point sur les innovations et ce qui se dit en matière de recrutement numérique. 

Data : beaucoup d’offres pour trop peu de diplômés

« De 30.000 euros brut annuels il y a trois ans, le salaire d'un « data scientist » débutant peut facilement atteindre 50.000 euros aujourd'hui. Et grimper à 80.000 euros après trois ans d'expérience » écrit Sébastien Dumoulin dans Les Echos. Sauf que… il n’y a que trop peu de diplômés pour pourvoir toutes les offres. Les besoins des entreprises sont évalués entre 5.000 et 10.000 recrutements par an, et il y a à peine 300 diplômés ! L'Ensae, Telecom Paris Tech, Polytechnique, l'université de Paris Saclay n’arrivent pas à en former plus

http://www.lesechos.fr/journal20160510/lec2_high_tech_et_medias/021914339575-lemergence-des-nouveaux-metiers-de-la-data-se-heurte-au-manque-de-diplomes-1220580.php

 

Pénurie de talents numériques en Rhône Alpes

Si la situation est un peu moins grave qu'en région parisienne, le développement de la filière numérique de la région est obéré par la guerre des talents. Toutes les entreprises peinent à recruter, notamment des développeurs, mais pas seulement. Pour 61 % des acteurs de la filière, cette pénurie d'informaticiens constitue un vrai obstacle à leur développement. Avec une croissance de 9 % de ses effectifs entre 2010 et 2014, trois fois supérieure à celle de son homologue d’Ile de France, la filière numérique d’Auvergne Rhône-Alpes consolide sa deuxième place au palmarès des régions françaises avec 57 141 emplois et une proportion de CDI supérieure à 90 %, mais 45 % de ces mêmes entrepreneurs déclarent avoir des postes non pourvus, dont plus de la moitié dédiés à des développeurs informatiques

http://www.lyon-entreprises.com/News/L-article-du-jour/Numerique-et-emploi-une-entreprise-sur-deux-eprouve-des-difficultes-a-attirer-des-talents,i74100.html

 

Programmer sans coder tout le monde peut le faire

Dans certains cas on peut se passer des développeurs et dans certains métiers il est tout à fait possible de trouver des solutions transformant un salarié très facilement en « citizen developper». En d’autres termes plus besoin de passer par les directions des services informatiques, des outils simples permettent désormais à tout un chacun de développer. C’est l’essor des techniques dites agiles

http://www.larevuedudigital.com/2016/05/12/programmer-sans-coder-tout-le-monde-peut-le-faire-en-entreprise/

 

Kudoz, le « Tinder du recrutement »

C’est une application simple qui compte parmi ses clients pas mal de mastodontes du CAC 40 : L’Oréal, BNP Paribas ou Carrefour » et vient de lever 1.2 million d’euros. On y met son CV et l’algorithme fait le reste proposant, exactement comme celui d’Amazon qui propose des produits semblables, des jobs semblables à celui recherché

http://rue89.nouvelobs.com/2016/04/28/kudoz-dating-recrutement-cest-meme-chose-263894

77 % des banques et assurances ont commencé leur transformation numérique

Les banques et assurances représentent aujourd’hui 19 % de la dépense informatique en France et c’est peut- être le secteur le plus en pointe dans sa transformation numérique, car le plus menacé par les GAFA. Syntec Numérique avec IDC France a interrogé les entreprises d’un secteur ou 77 % ont déjà enclenché une stratégie ou un plan structuré de transformation numérique dans leurs organisations. 72 % des entreprises concernées l’ont lancée depuis plus de 2 ans, mais les impacts mettent du temps à se concrétiser et pour 68% commencent seulement à se faire sentir et se développeront dans les prochaines années. Seules 17 % ressentent déjà des impacts.

http://www.syntec-numerique.fr/publication/transformation-numerique-du-secteur-banque-assurance-finance

A noter également que Syntec numérique vient de publier un livre blanc sur la transformation numérique de l’industrie

http://www.syntec-numerique.fr/actualite/transformer-lindustrie-numerique

 

Comment les GAFA embauchent et comment déjouer leurs pièges

L’article de Quartz est en anglais mais il est futé et drole. Sarah Cooper, écrivain, acteur et coach,  a isolé 10 trucs qu’utilisent Google Amazon Facebook Apple et les manières d’y répondre. Savoir pourquoi il faut être devant son ordinateur 15 mns avant l’entretien (ou jamais !), ou pourquoi il faut apprendre à taper sur son clavier et à travailler pendant que le DRH des GAFA vous pose des questions, c’est essentiel. Les GAFA sont tellement submergées de demandes qu’elles utilisent des trucs insensés pour trouver les perles rares, de la fausse annonce de poste au rappel 3 mois après d’un candidat qui ne s’y attend pas pour un autre poste

http://qz.com/675152/here-are-google-amazon-and-facebooks-secrets-to-hiring-the-best-people/?utm_source=atlfb

 

Restons Connectés

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?