Revue de presse du recrutement numérique n°26

Cette semaine dans la Revue de presse du recrutement numérique, nous revenons sur le rachat de LinkedIn par Microsoft et sur la naissance de Google Hire.

LinkedIn, un rachat fructueux pour Microsoft… Il y a un an, Microsoft rachetait LinkedIn pour 26 milliards de dollars. Aujourd’hui, malgré le coût, l’acquéreur s’en félicite. Il est en train de mettre en place des connexions entre les 500 millions de personnes du réseau social professionnel et ses logiciels bureautiques. Satya Nadella, le patron de Microsoft, est enthousiaste : Microsoft va pousser les contenus de formation en ligne de LinkedIn Learning directement dans les applications, comme Outlook, Word, Excel et les autres. Une fois le considérable fichier client d’entreprises de Microsoft connecté à celui de LinkedIn, le groupement pourra ainsi devenir l'intermédiaire numéro un dans le domaine du recrutement, mettant directement en contact les candidats et les entreprises.En moins d’un an, alors que ces connexions n’étaient pas opérationnelles, LinkedIn a déjà rapporté plus de deux milliards de dollars à Microsoft. 

…. Même si LinkedIn perd plus qu’il ne gagne. C’est du moins l’analyse d’Adweek qui montre que si Microsoft est content, LinkedIn n’a pas encore gagné à perdre son indépendance. Elle coûte toujours plus que ce qu’elle rapporte. Tout va donc dépendre de la pertinence de son virage : LinkedIn va s’orienter vers le B to B (business to business) pour devenir la plateforme de travail des entreprises entre elles... L’inverse de Facebook qui confirme quant à lui de plus en plus sa vocation B to C (business to consumer), soit un lien entre les entreprises et les personnes.

  • L'analyse d'Adweek à ce sujet

Google avance un nouveau pion sur le recrutement en ligne : Google Hire. Google Hire est un outil qui, selon Google, « aide à identifier les talents, à construire de solides relations avec les candidats et à gérer de manière efficace le processus des entretiens du début à la fin ». Concrètement, selon le Journal du Net, toutes les parties prenantes au recrutement ont accès aux lettres de motivation et aux CV des candidats. Elles peuvent notamment discuter des questions à poser durant l'entretien puis échanger sur les impressions de chacun à la fin de celui-ci. Pour le moment, l'accès à Google Hire n'est accessible qu'aux entreprises de moins de 1 000 salariés basées aux États-Unis et qui utilisent G Suite. Cette offre complète celle de Google for Jobs « un agrégateur d'annonces en provenance de plusieurs jobboards tels que LinkedIn, Glassdoor ou encore Facebook et Monster ».  Tout cela n’est actuellement disponible qu’aux États-Unis.

Restons Connectés

Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?